top of page

LU & APPROUVÉ correction, relecture, rédaction

Une légion de fautes pour le D-Day

La tradition a parfois du bon : cette année encore, la commémoration du D-Day a fait la une des médias, nous rappelant qu'il ne faut jamais oublier. Pourtant, il ne m'a pas échappé que concomitamment avait lieu un débarquement de fautes dans nos journaux et sur la Toile commentant l'événement. 


Sans aucune volonté de vouloir faire la guerre aux fautes (les pointer pour alimenter cette chronique récréative est amplement suffisant), révélons quelques-uns des pièges tendus lors de ce 80ᵉ anniversaire.

 

Une embûche de scribe frondeur concerne l'accent sur les majuscules composées en capitales. Pour rappel, le correcteur-rédacteur se doit de respecter ce règlement : 1 Toujours tu suivras la recommandation des spécialistes – sauf quand une charte éditoriale s'y oppose formellement, défiant par là même les règles de l'orthographe. 2 Toujours tu harmoniseras (en l'absence de règle ou en cas de règle floue : choisir une option et s'y tenir).

Concernant notre cas, l'ensemble des experts de notre langue se prononce pour l'accentuation des majuscules composées en capitales – une telle unanimité étant rare, il faut la souligner. Il suffit alors d'appliquer l'accentuation. L'auteur·e du fragment ci-dessous fait manifestement acte de résistance. D'autant plus, si l'on relève le « T » de « Triomphe » qui ne mérite aucune capitale (dans la capitale s'élève l'Arc de triomphe). Et ce serait sans chipoter sur l'emploi de « clôturer » à la place de « clore ».

Bien sûr, la commémoration du D-Day est émouvante... au point d'en perdre ses mots, du moins lors d'une allocution. À l’écrit, c'est une autre histoire. Témoin la froide perplexité dans laquelle m'a plongée la lecture de ces flashs parus sur le web où la répétition, inacceptable, fait vite passer la larme à l’œil.

Pour l'occasion, les discours des grands de ce monde savent raviver la flamme intérieure de tout un chacun – du moins l'espère-t-on. Mais la retranscription de ces harangues peut s'avérer un exercice casse-gueule.

De cette époque sombre de conflit, un magazine féminin a ressorti une histoire d'amouyr entre une Française et un GI. Las, trop de mélo tue le mélo lorsque la plume nous précipite si près du galimatias, tout en nous envoyant une faute de frappe à « cœur ».


Eh oui, la rédaction réglo n'est pas un long fleuve tranquille ! Elle nécessite une discipline quasi de fer, à pratiquer quotidiennement ou presque : apprendre, comprendre, observer, lire et écrire. Forcément, l'exercice ne vaut que si l’on s'arme de divers dictionnaires et de moult livres sur la langue de Molière.

Un message avec une belle forme et un fond pertinent apporte reconnaissance, fidélité et embellit la réputation de toute organisation. Appelez Lu & Approuvé pour fourbir vos contenus, dans le cadre d'une entente cordiale, bien entendu.


.



Comments


Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page